Top 6 des travaux CEE à réaliser sur votre réseau de chaleur

Les réseaux de chaleur présentent de nombreux atouts aussi bien économiques qu'environnementaux. En effet, ancrés au coeur des territoires, les réseaux de chaleur se sont imposés au fil des ans comme des gisements locaux d'énergie renouvelable et de récupération difficilement distribuables autrement. D'après le rapport du SNCU édition 2020, en France, il y a:

  • 798 réseaux de chaleur;

  • 25,6 TWh de chaleur livrée entte;

  • 59,4% de taux d'énergie renouvelable et de récupération - EnR&R en production; 

  • 5 964 km de longueurs desservies;

  • 40 993 de bâtiments raccordés. 

Ces statistiques démontrent que pour péréniser les installations, les producteurs et les distributeurs de chaleur doivent adopter une démarche de performance énergétique. De surcroît, plusieurs travaux sont éligibles aux certificats d'économies d'énergie.

ACSIO Energie vous explique!

1. Réhabilitation d'un poste de livraison de chaleur d'un bâtiment tertiaire RES-CH-103

L'âge moyen des réseaux de chaleur recensés par le SNCU est de 1994, soit 27 ans. Ainsi, une part importante du parc des sous-station est vieillissante. Voilà pourquoi la rénovation des sous-stations est essentielle. Cette réhabilitation reposera donc sur les quatre principaux éléments constitutifs du primaire:

Conditions pour la délivrance de certificats Durée de vie conventionnelle Secteur d'activité concerné Montant en kWh cumac par m2 de surface chauffée X Zone climatique X Surface chauffée (m2)
  • Bâtiment tertiaire existant depuis plus de 2 ans

  • Pincement aux bornes du nouvel échangeur < 5°C

20 ans Bureaux 210 H1 = 1,1 S
Enseignement  140
Santé 200 H2 = 0,9
Commerces 170
Hôtellerie-Restauration 260 H3 = 0,6
Autres 140

2. Réhabilitation d'un poste de livraison de chaleur d'un bâtiment résidentiel RES-CH-104

Selon les statistiques de l'enquête annuelle sur les réseaux de chaleur et de froid - édition 2019 du SNCU, observatoire des réseaux de chaleur en France, 25 000 GWh/an sont livrés par les réseaux, dont 54% à des bâtiments résidentiels soit l'équivalent de 13 500 GWh annuels.

Le gisement annuel d'économies d'énergie est estimé à 752 GWh cumac/an.

Le remplacement des éléments constitutifs du primaire du poste de livraison portera sur:

Conditions pour la délivrance de certificats Zone climatique Montant en kWhcumac par appartement X Nombre d'appartements
  • Bâtiment tertiaire existant depuis plus de 2 ans

  • Pincement aux bornes du nouvel échangeur < 5°C

H1 18 300 N
H2 15 200
H3 11 200

3. Passage d'un réseau de chaleur en basse température RES-CH-105

Cette opération d'efficacité énergétique concerne le passage des réseaux de chaleur utilisant de l'eau surchauffée (E.S) vers un fluide l'eau chaude (E.C°, c'est-à-dire, un réseau dont la température maximale (TMS) ne peut pas excéder 120°C.

Les principaux bénéfices de l'opération sont:

Conditions pour la délivrance de certificats DN Montant unitaire en kWhcumax selon DN du réseau
X
Durée annuelle d'utilisation du réseau Facteur correctif tenant compte de l'utilisation du réseau
X
Logueur du réseau
  • Réseau de chaleur existant depuis au moins un an à la date d'engagement de l'opération

  • TMS (Température Maximale de Service) < 120°C

32 à 1000 3200 à 27800 6 mois à 12 mois 0,5 à 1 L

4. Mise en place d'un calorifugeage des canalisations d'un réseau de chaleur RES-CH-106

La performance énergétique d'un réseau de chaleur est indissociable avec la température du fluide véhiculé mais aussi avec la qualité de l'isolation. Cette opération consiste à mettre en place un calorifugeage sur les canalisations en caniveau. Il s'agit des:

Conditions pour la délivrance de certificats Longueur en m
X
Durée annuelle d'utilisation du réseau Facteur correctif tenant compte de l'utilisation du réseau
X

Montant unitaire en kWhcumac selon le diamètre DN du réseau


  • En fonction du diamètre nominal DN, la peformance des isolants doit être inférieure ou égale aux valeurs spécifiées dans la fiche CEE.

  • Réseau de chaleur existant depuis au moins un an

 L 6 mois à 12 mois 0,5 à 1 DN Eau chaude Eau surchauffée Vapeur
25 à 175 3200 à 9600 5 700 à 17500 7 400 à 28 400

5. Isolation de points singuliers sur un réseau de chaleur RES-CH-107

Un point singulier est une pièce de type vanne, robinet, clapet, filtre, séparateur, compteur, détendeur, manchette, clarinette, bouteille, niveau, diaphragme, purgeur, contrôleur de niveau, débitmètre, soupape, sonde, régulateur, pompe équipée d'un jeu de bride permettant le raacord à un réseau.

L'amélioration de l'isolation des réseaux permet de diminuer la consommation finale de combustibles, d'une quantité fonction du nombre d'heures de fonctionnement, de la section des tubes à isoler, et de la température du fluide caloporteur. L'utilisation des systèmes isolants (matelas, boîte, calorifuge) permet de récupérer jusqu'à 90% de l'énergie perdue au niveau des points singuliers.

Cette opération n'est pas cumulable avec les opérations relevant des fiches RES-CH-103 (Réhabilitation d'un poste de livraison de chaleur d'un bâtiment tertiaire) et RES-CH-104 "Réhabilitation d'un poste de livraison de chaleur d'un bâtiment résidentiel" lorqu'elle concerne le primaire de la sous-station.

Critères d'éligibiltié Montant unitaire en kWh cumac par système isolant mis en place X



Durée annuelle d'utilisation du réseau Facteur correctif tenant compte de l'utilisation du réseau X Nombre de systèmes isolants mis en place
Réseau de chaleur ou sous-station d'échange existant depuis au moins un an à la date d'engagement de l'opération

 

 

 

 

 

Vapeur 49 500 12 mois 1 N
Eau surchauffée (HP) 34 900 11 mois 0,92
Eau chaude (BP) 26 600 10 mois 0,83
Retour/secondaire 16 000 9 mois 0,75
8 mois 0,67
7 mois 0,58
6 mois 0,5

 

6. Récupération de chaleur fatale pour valorisation sur un réseau de chaleur ou vers un tiers RES-CH-108

Il s'agit d'une opération qui consiste à récupérer de la chaleur fatale sur installation existante pour une valorisation vers un réseau de chaleur ou un site tiers. Pour rappel, la chaleur fatale (ou chaleur perdue) est une chaleur générée par une installation existante qui n'en constitue pas une des finalités premières, et qui n'est pas récupérée.

Cette chaleur peut provenir d'un incinérateur, d'un système industriel ou des eaux grises.

Il faut noter que cette opération fait l'objet, après réalisation, d'un contrôle par un organisme d'inspection accrédité selon la norme NF EN ISO/CEI 17020 applicable en tant qu'organisme d'inspection de type A pour le domaine 15.1.5 "Inspection d'opérations standardisées d'économies d'énergie dans le cadre du dispositif de délivrance des certificats d'économies d'énergie" par le comité français d'accréditation ou tout autre organisme d'accréditation signataire de l'accord européen multilatéral pertinent pris dans le cadre de la coordination européenne des organismes d'accréditation.

Critères d'éligibilité Quantité de chaleur nette utilisée ou valorisée dans le réseau de chaleur ou sur le site tiers (kWh/an) X Coefficient d'actualisation
  • Chaleur nette valorisées < 12 GWh/an

  • la chaleur fatale est générée par une sinstallation existante depuis plus de 2 ans à la date d'engagement de l'opération

Q 14,134

Besoin d'informations sur les primes CEE ?

À l’envoi, vous acceptez les conditions d’utilisation.