L'installation d'une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) grâce aux CEE

L'aération d'un local était synonyme de déperdition thermique. Aujourd'hui, l'installation de ventilation dans les bâtiments du secteur tertiaire est indispensable pour garantir l'hygiène, la santé, la performance thermique et le confort de ses exploitants. La ventilation Mécanique Contrôlé (VMC) répond à ces besoins en renouvelant en continu l'air dans les locaux "humides" en y amenant de l'air neuf à pollution non-spécifique. L'installation de cette solution est finançable par les Certificats d'Economies d'Energie (CEE) ou les primes CEE. Nous vous expliquons la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) dans cet article.

Le renouvellement de l'air est l'élément de base des bâtiments tertiaires (renouvellement d'air sain) et des bâtiments industriels (processus d'évacuation de l'air obsolète). Par ailleurs, des réglementation européennes telles l'ERP (Energy Related Product) cadrent les équipements CVC.

Il existe deux types de ventilateur mécanique contrôlé (VMC) : Les VMC simple flux (autoréglable et hygroréglable), et les VMC double flux.

Le principe de fonctionnement d'une VMC simple flux

Elle est composée d'un extracteur électrique aspire l'air vicié dans les locaux pour l'expulser vers l'extérieur à travers des gaines. Cette extraction conduit à un effet de dépression qui attire l'air vers l'intérieur. L'air est renouvelé en pénétrant à travers des grilles d'aération assurent l'introduction d'un volume adéquat. Ces grilles sont généralement disposées à la partie haute des huisseries des portes et des fenêtres. L'air neuf doit être admis afin d'assurer la meilleure homogénéisation possible de l'ambiance des différents locaux. Dans le cas d'une VMC simple flux, il existe le simple flux autoréglable et hygroréglable.

En ce qui concerne cette VMC simple flux, les entrées d'air comme les bouches d'extraction sont autoréglables. Ces dernières vont s'adapter à la pression afin de garantir un débit constant tout au long de l'année. Elle ne dépend donc pas de l'hygrométrie intérieure ce qui engendre des consommations d'énergie inutiles.

Les bouches d'extraction assurent un débit constant pour une certaine plage de pression donnée.

En VMC simple flux, le rendement doit être supérieur à 63 %.

Ses bouches d'extraction modulent le débit en fonction du taux d'hygrométrie relative pour une certaine plage de pression donnée par le constructeur. Les bouches et entrées d'air hygroréglables sont munies d'une tresse qui s'allonge ou se rétracte en fonction de l'hygrométrie relative de l'air.

Il existe deux types de VMC hygroréglable :

- Le type A : il s'agit d'une VMC où seules les bouches d'extraction sont de type hygroréglable.
- Le type B : il s'agit d'une VMC où les bouches d'extraction et d'admission de l'air neuf sont hygroréglables.

- Simplicité de conception et d'installation
- Modulation des débits possible
- Facilité d'entretien


Le principe de fonctionnement d'une VMC double flux

Son fonctionnement est le même que celui d'une VMC simple flux autoréglable. La différence est que l'air n'est pas directement éjecté à l'extérieur. Il passe dans un échangeur thermique qui se sert de la chaleur de l'air aspiré pour le réchauffement de l'ait frais provenant de l'extérieur. L'air va être épuré au travers des filtres à particules puissants pour ensuite être diffusé dans les locaux.

Elle permet de récupérer de l'air vicié et de restituer l'air neuf et chauffé grâce à son échangeur thermique. Elle est plus coûteuse et plus consommatrice d'électricité qu'une VMC simple flux, mais permet tout de même de grandes économies d'énergie. Pour une meilleure performance, elle peut être couplée d'une pompe à chaleur.

La performance résultant de l'installation d'une VMC double flux montre une déperdition d'énergie réduite de 70 à 90 %.

En VMC double flux, l'ErP veut que l'échangeur de chaleur devra avoir une efficacité supérieure à 73 %.

- Maîtrise des débits insufflés et extraits
- Confort thermique
- Possibilité de mise en suppression
- Isolement acoustique par rapport à l'extérieur
- Possibilité de préchauffer l'air neuf
- Possibilité de filtrer l'air neuf
- Modulation des débits possibles


Comment financer vos travaux de ventilation mécanique contrôlée (VMC) ?

Les travaux d'installation de ventilateur mécanique contrôlé sont finançables par les Certificats d'Economies d'Energie (CEE).
Les fiches relatives à ces opérations sont :

- BAT-TH-125 : Mise en place d'une ventilation simple flux à débit d'air constant ou modulé

- BAT-TH-126 : Mise en place d'une ventilation double flux avec échangeur à débit d'air constant ou modulé

Vous cherchez un financement pour vos travaux de performance énergétique ?
CONTACTEZ-NOUS

Besoin d'informations sur les primes CEE ?

À l’envoi, vous acceptez les conditions d’utilisation.